logo
Duis autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat.
Accueil / Actualités  / Alliance : La Haute Ecole de Coaching de Paris représentée par Academus

L’engouement pour le métier de coaching au Maroc est manifeste. La mise en place de garde-fous à l’admission est donc salvatrice.

La méthode pédagogique repose sur trois axes. L’apprentissage tout d’abord se décline connaissances et en exercices pour mettre en pratique les acquis. Ensuite, «se comprendre» représente le second axe sur lequel les fondateurs ont jeté les bases de leur école. «Que l’on choisisse une formation de futur coach ou de développement personnel, le travail sur soi est incontournable». Le top management est unanime à ce propos. Enfin, l’entraînement est le dernier axe stratégie dans la méthode pédagogique retenue car c’est ce qui fait la différence entre le fait d’intellectualiser un nouvel apprentissage et son apprentissage. La boucle est bouclée. L’engouement pour le métier de coaching au Maroc est manifeste. La mise en place de garde-fous à l’admission est donc salvatrice.

C’est fait. Le cabinet marocain Academus vient de signer un partenariat de représentation exclusive de la Haute Ecole de Coaching de Paris. Créée par deux fondateurs, Fabienne Lemaigre-Voreaux et Philippe Duvillier, cette école a pour vocation internationale de former des coachs professionnels.

«Nous voyons des coachs arriver chez nous et dire qu’ils ont suivi 2 ou 5 jours de formation pour être coachs et je suis tenté de leur répondre que c’est la durée de vie d’une rose ! C’est dans cette optique que nous avons mis en place la formation de coaching avec la Haute Ecole de Coaching qui est sanctionnée par un diplôme et qui dure plusieurs mois», précise Abderrahim Chouffaï, directeur associé du cabinet Academus.  Fabienne Lemaigre-Voreaux insistera -via une visioconférence- sur le fait que «le coaching est tourné vers la motivation et la valorisation des potentiels. La Haute Ecole de Coaching propose, par ailleurs, une formation à des candidats qui ont un projet professionnel. Pour tous les travaux, les stagiaires sont accompagnés à titre individuel». La carte de la déontologie professionnelle a été jouée du début à la fin de la conférence pour jouer la démarcation avec certaines pratiques hasardeuses où le coach est quelque peu livré à lui-même. «Une formation de coaching doit être reconnue car le coaching est un métier à part entière et on ne peut pas être coach sans être à l’aise et outillé pour. Et c’est d’ailleurs bien pourquoi les formateurs de la Haute Ecole de Coaching sont tous des coachs en exercice», poursuit Fabienne Lemaigre-Voreaux.

Tout est dit dans un environnement où la législation laisse le droit d’entrée libre. L’arrivée progressive de professionnels permettra de structurer le métier. Plusieurs opérateurs du secteur partagent la vision des fondateurs de la Haute Ecole de Coaching et celle des dirigeants du cabinet Academus. La problématique a été relevée par les uns et les autres ces dernières années et la création d’une fédération permettra de donner plus de visibilité aux entreprises qui souhaiteraient avoir accès à ce type d’accompagnement. A suivre…

La formation

La formation «coach professionnel» est reconnue par l’Etat inscrite au Registre national des certifications professionnelles (RNCP) niveau 2.

• Durée : 7 mois (386 H)

• 80 heures : 3 séminaires en salle (un séminaire de 5 jours, un séminaire de 3 jours et de 2 jours)

 32 heures : Cours à distance

• 166 heures : Travaux thématiques en sous-groupes via l’espace formation Internet dédié

• 1 heure : Entraînement individuel de coaching avec un formateur de l’école

• 107 heures : Stages pratiques de coaching et de supervision

• Le plus du candidat: Forum de discussion via l’espace de formation avec les stagiaires de la promotion 

Source :Aujourd’hui Le Maroc

Par : Dounia Essabban